logo asmonts tir

logo federation touraine

EditoNewsContactsPartenaires

REGLEMENTS DU TIR SPORTIF

Comme pour tous les sports, les conditions d'organisation des rencontres internationales de Tir Sportif sont édictées par des Fédérations supra-nationales.
Ainsi, chaque pays se doit d'observer ces dispositions pour l'entraînement de ses propres athlètes, afin que les performances de ces derniers soient homologuées en vue de leur permettre de se mesurer à la concurrence mondiale.

L'essentiel de ces dispositions se retrouvent dans :

 

 


 

 

LES INSTANCES DU TIR SPORTIF

Les Instances internationales


ORGANISATION INTERNATIONALE DU TIR SPORTIF

L’ Union Internationale de Tir - UIT est créée en Suisse en 1887, et les premiers championnats du monde ont lieu à Lyon (!) en 1897.

L’ International Shooting Sport Federation - ISSF (Fédération Internationale de Tir Sportif) est fondée en 1907 et réglemente les disciplines « traditionnelles » du tir sur cible et sur plateaux. Elle compte aujourd’hui 157 pays membres.

Certaines disciplines ont développé leurs propres Fédérations internationales qui organisent la réglementation de leurs championnats spécifiques :

... et c’est ainsi que le Tir Sportif est, après le golf, le deuxième sport individuel pratiqué dans le monde.

Le Tir aux Armes Réglementaires reste, quant à lui et pour l’instant, une épreuve de nature franco-française. Mais devant l'engouement dont témoignent ses adeptes, nous ne devrions pas être étonnés que les Américains la reprennent probablement bientôt... à leur compte !

logo_des_federations_de_tir

LE TIR SPORTIF ET L'OLYMPISME

medaille_de_bronze

C’est Pierre de Coubertin, lui-même 7 fois champion de France au pistolet, qui impose que le tir sportif figure au programme des premiers Jeux Olympiques (J.O.) modernes, organisés en 1896, à Athènes.
Il fait toujours partie des disciplines olympiques depuis lors... sauf en 1928, à Amsterdam.
Il faut noter que le tir féminin n’entre dans l’olympisme qu’en 1984, à Los Angeles, même si quelques épreuves mixtes sont organisées en 1968 et 1980.

En 2008, 15 épreuves de Tir Sportif sont au programme des J.O. de Pékin, au cours desquels un seul représentant français s’est distingué :

Anthony TERRAS, médaille de bronze dans l’épreuve du « Skeet / Hommes ».

Les instances et associations nationales


logo de la Féd. Française de Tir sportif

A la fin du XIXème siècle et au début du XXème siècle, l’Union des Sociétés de Tir de France, placée sous l’égide du président de la République, rassemble 2.800 sociétés de tir regroupant plus de 400.000 adhérents. Ces sociétés de tir entretiennent les liens étroits, très vivaces à cette époque, entre la culture traditionnelle de la population (confréries locales, chasse, concours, fêtes...) avec les valeurs chevaleresques de l’armée entretenues par les officiers de réserve (défense de la patrie, respect de l’adversaire, discipline...), dans la grande tradition républicaine du siècle dernier.

L’Union des Sociétés de Tir de France est donc l’ancêtre de la Fédération Française de Tir (FFTir) exclusivement dédiée au tir sportif, créée le 15 mars 1967, déclarée en Association selon la loi de 1901 et reconnue d’utilité publique.

On notera que la discipline du Tir aux Armes Réglementaires ou T.A.R., homologuée en 2004 par la FFTir à l’initiative de Georges Durand, Membre du Bureau de la FFTir (...et colonel de réserve !), est en fait la reprise récente des épreuves de tir pratiquées dans l’esprit de cette époque.

La FFTir revendique environ 140.000 licenciés, pratiquant dans des Clubs locaux, regroupés en Comités Départementaux au sein de 28 Ligues Régionales (pour plus de détails, se reporter à la rubrique Instances françaises du Tir Sportif de la section « Pratique du Tir »).

La FFTir à souhaité permettre à ses 5.000 compétiteurs réguliers de se mesurer et d’éprouver leurs performances individuelles dans les conditions de compétitions de haut niveau. Elle a donc aménagé ses propres règlements sportifs pour les mettre en parfaite conformité avec ceux des Fédérations Internationales organisant les championnats mondiaux (ainsi, environ 200 tireurs représentent la France dans des épreuves de niveau international).

Mais encore faut-il que les tireurs sportifs puissent toujours s’entraîner dans des conditions sereines, humbles et responsables.
Ils ne doivent pas risquer de subir à tout moment les conséquences de mesures démesurément contraignantes, que le Législateur peu averti de la réalité du « commerce/trafic » des armes, serait tenté de promulguer en vue de satisfaire, d’une manière précipitée et illusoire, à des objectifs sécuritaires démagogiques, pénalisant ainsi les seuls citoyens respectueux des lois. Dans les pays où les beaux esprits se sont un peu hâtivement félicités de l’adoption irréfléchie d’une telle législation, le seul résultat probant a été de donner à rire aux délinquants habitués à acquérir illégalement des armes (jamais de calibre 4,5 mm) pour des motifs condamnables, à des années-lumière de l’esprit du tir sportif... Conséquence mesurable et reconnue : une recrudescence immédiate et corrélative des actes délictueux !
 

Consciente de son rôle pédagogique (aussi bien auprès du public que des Administrations) et de la part active qu’elle doit assumer dans un tel débat, la FFTir a intégré le « Comité Guillaume Tell » qui œuvre en ce sens.
Elle y a rejoint la Fédération Nationale des Chasseurs (FNC), la Chambre Syndicale Nationale des Armuriers (CSNAP), la Chambre Syndicale Nationale des Fabricants et distributeurs d’Armes, Munitions, équipements et accessoires pour la chasse et le tir sportif (SNAFAM), ainsi que l’Association Nationale de Défense des Tireurs, Amateurs d’armes et Collectionneurs (ANTAC).

 

 


 

 

DISCIPLINES REGIES PAR LA F.F.Tir

La réglementation des épreuves


La Fédération Française de Tir étend ses compétences sur près d’une soixantaine de disciplines, ayant chacune ses difficultés et sa technique propre. Les armes utilisées vont du pistolet à l’arbalète, en passant par le revolver, la carabine, le fusil, le mousquet...

Un même type d’arme peut être homologué dans différentes disciplines qui se distinguent en fonction du calibre des munitions utilisées, des distances de tir, des temps impartis pour effectuer une séquence de tir, de la position du tireur, de la nature des cibles...

Au gré de l’engouement des tireurs licenciés pour telle ou telle catégorie d’arme, de nouvelles disciplines sont régulièrement prises en charge par la F.F.Tir et font alors l’objet d’un règlement adapté en vue de l’organisation de compétitions et/ou de championnats nationaux.
Nombreuses sont donc les disciplines inscrites aux calendriers de championnats internationaux, voire homologuées comme épreuves reconnues aux Jeux Olympiques.

Avant toute épreuve, et dans le cadre du règlement spécifique attaché à chaque discipline, la conformité des armes elles-mêmes est rigoureusement contrôlée par le corps arbitral.

Les règlements officiels, s’appliquant précisément aux différentes disciplines, sont consultables sur le site internet de la F.F.Tir.

On peut y prendre connaissance, en particulier, des dispositions attachées aux compétitions organisées dans le cadre de championnats pour les tireurs sportifs handicapés.

Les différentes disciplines


PISTOLET

Pistolet 10 m
Pistolet Vitesse Olympique
Pistolet Standard
Pistolet Sport (ou Combiné 22)
Pistolet Libre

CARABINE

Carabine 10 m
Carabine 50 m, Couché (ou « Match Anglais »)
Carabine 50 m, 3x20 « 3 positions »
Carabine 50 m, 3x40 « 3 positions »
Carabine 300 m, Couché (ou « Match Anglais »)
Carabine 300 m, 3x20 « 3 positions »
Carabine 300 m, 3x40 « 3 positions »

CIBLE MOBILE

La cible, fixée sur rail, parcourt un trajet rectiligne face au tireur, de droite à gauche et de gauche à droite, en deux vitesses de passage (lente ou rapide). La cible doit obligatoirement être tirée à chaque passage. Le tireur ne peut épauler ni mettre en joue avant l’apparition de la cible.

Cible mobile 10 m
Cible mobile 50 m
Cible mobile - Vitesse mixte

SILHOUETTES METALLIQUES

Cette discipline dont la première épreuve connue remonte à 1948, est née au Mexique, puis s’est développée considérablement aux Etats-Unis avant d’être introduite en France où elle connaît un réel succès. C’est un sport spectaculaire, qui se pratique dans des conditions très rustiques.

Silhouettes métalliques

TIR DE PRECISION SUR APPUI

Bench Rest Shooting (100 m - 200 m - 300 m)

TIR SPORTIF DE VITESSE

Afin de permettre à ses licenciés de participer à des épreuves internationales, La FFTir a obtenu son agrément auprès de la « Fédération Internationale de Tir » ou « I.P.S.C. » (International Practical Shooting Confederation), dont les grands principes reposent sur les 3 termes de sa devise, en latin : DVC, soit Dillegentia, Vis et Celeritas (Précision, Puissance et Rapidité).

Principes généraux

laetitia_daguenel_ipsc

 
Sécurité, diversité et style libre sont les maîtres-mots de cette discipline.
Les défis du tir IPSC sont variés. Quoiqu’il ne soit pas nécessaire de construire de nouvelles épreuves pour chaque compétition, aucune ne doit être répétée de façon à permettre qu’on ne puisse considérer son utilisation comme une mesure définitive de l’habileté au tir IPSC.

Il est permis aux compétiteurs de résoudre l’épreuve présentée de style libre et il leur est toujours autorisé d’engager les cibles sur la base de « je tire dès que je vois». Sauf rare exception, les épreuves ne doivent pas requérir de changements de chargeur obligatoires ni dicter un placement ou une position de tir. Cependant, des conditions peuvent êtres créées, et des barrières ou autres limitations physiques peuvent être construites, pour contraindre le compétiteur dans son attitude ou sa position de tir... comme par exemple une épreuve avec tir de la main faible, non supportée.

Les matches IPSC présentent des degrés de difficulté variés : aucun défi technique de tir ou limite de temps ne doit pouvoir être contesté comme étant prohibitif. Ceci ne s’applique pas aux situations n’impliquant pas le tir, qui devront équitablement autoriser les différences entre compétiteurs en ce qui concerne la taille et la constitution physique.

Les matches IPSC aux armes de poing reconnaissent la difficulté d’utiliser des armes puissantes lors d’un tir dynamique, et doivent toujours employer un calibre minimum et un niveau de puissance devant être atteint par tous les compétiteurs pour résoudre ce défi.

Certaines épreuves imposent des tirs dits « à poste ».
D’autres, sont des matches dynamiques et variés : le tireur se déplace suivant un parcours, connu à l'avance, où sont disposées plusieurs cibles fixes ou mobiles. Le tireur doit alors chercher le meilleur compromis entre le temps de déplacement et le temps consacré à son tir (vitesse : "celeritas") tout en respectant la précision (qui donnent les points en cible - "diligentia"). Le nombre de points est ensuite divisé par le temps pour donner le résultat final tenant compte du type d'arme utilisé (puissance : "vis").

Types d’épreuves

Bien que bénéficiant d’une latitude certaine, les organisateurs d’épreuves de TSV désirant recevoir l’agrément IPSC doivent se conformer aux principes généraux de conception et de construction des épreuves aussi bien qu’à toutes les autres règles IPSC de la discipline en vigueur. Ces principes permettent de classer les épreuves en catégories :

TIR AUX ARMES REGLEMENTAIRES (T.A.R.)

Les armes réglementaires, à cartouches métalliques, sont d’origine militaire et devenues aujourd’hui obsolètes et classées, selon la nature de leurs munitions, en 1ère, 4ème, 5ème ou 7ème catégorie (aucune arme détenue à titre administratif ne peut être utilisée dans le cadre du Tir aux Armes Réglementaires).

Peut-être n'est-il pas inutile de tempérer les prétentions de ceux qui seraient à la poursuite de scores absolus, en leur rappelant qu'une arme militaire réglementaire est faite pour faire un but aux distances usuelles de combat définies par la conception tactique de son époque et les contraintes inhérentes de fabrication de son temps.

Pistolet / Revolver (épreuve commune) 25 m
Epreuve Vitesse Militaire
Carabine .22 LR
Fusil (4 catégories)

ARMES ANCIENNES

Cette discipline propose un grand choix d’épreuves, individuelles ou en équipes, avec des armes d’époque, de poing ou d’épaule, ou les répliques de celles-ci... mais dont la conformité est très strictement vérifiée. Seul point commun : toutes ces armes se chargent par la bouche, avec de la poudre noire. La grande variété des armes concernées explique le nombre important d’épreuves différentes (près de 40 au total !) prévues pour assurer la compétitivité des tireurs dans chaque grande discipline. Chaque épreuve porte le nom d’une grande figure historique ou mythologique, d’un lieu, d’une invention, d’un armurier, d’une bataille... évoquant la chasse ou le tir.

Afin de permettre à ses licenciés de participer à des épreuves internationales, La FFTir est devenue Membre du « Comité International des Associations de Tir aux Armes Anciennes » ou « M.L.A.I.C » (Muzzle Loaders’ Associations International Committee), fondé le 20 juin 1971 et dont les objectifs sont ainsi définis :

Arme de poing (cible fixe)
Arme d’épaule (cible fixe)
Plateaux

ECOLE DE TIR

L’ « Ecole de Tir » est une discipline à part entière, dont les épreuves, calquées sur le modèle ISSF, ont fait l’objet d’aménagement pour tenir compte des capacités physiques et de la morphologie des jeunes tireurs (tenue vestimentaire peu contraignante, assistance de l’entraîneur pour la préparation du poste de tir, estrade personnelle...).

Des appareils d’assistance à la position de tir, et dûment estampillés du poinçon de contrôle agréé FFTir (!), sont prévus pour les « poussins » (bloc ressort) et pour les « benjamins » (supports à assistance modulaire). Ces dispositifs ont pour objet de permettre aux jeunes élèves de tirer, avec le plus de confort possible, dans une position se rapprochant le plus de celle du carabinier et du pistolier, dans un souci de travailler correctement la visée et le lâcher... tout en préservant l’aspect ludique de cette activité sportive.
Sur cibles, les armes utilisées sont des pistolets et des carabines à air comprimé (plombs, calibre 4,5 mm), pour le tir sur plateau (épreuve interdite aux « poussins »), l’arme est un fusil à canon lisse (calibre .12).

Le règlement des épreuves « Ecole de Tir » est, comme les autres règlements, consultable sur le site internet de la Fédération.

AUTRES DISCIPLINES DIVERSES (pour mémoire)

 

 


 

 

CREATION D’ UN CLUB DE TIR SPORTIF

Constitution d'une Association de Tir Sportif


A son origine, une Association de Tir Sportif repose communément sur la rencontre de bénévoles qui partagent une même passion.
Pour être valablement constitué, le Club doit, au minimum, être déclaré en Association Loi 1901.
(Se reporter à www.monassociation1901.com et à www.legifrance.fr pour obtenir toutes explications pratiques)

La déclaration auprès de la Direction Départementale de la Jeunesse et de Sports (DDJS) est facultative, mais... est de fait obligatoire pour prétendre à l’obtention de subventions départementales ou régionales.

En outre, le Club qui souhaiterait bénéficier d’une aide de l’Etat, par l’intermédiaire du centre National pour le Développement du Sport, doit également posséder un numéro d’agrément délivré par le Ministère de la Jeunesse et des Sports, via la DDJS, suite à une nouvelle demande spécifique ne pouvant intervenir qu’après un délai d’un an à compter de l’obtention du numéro d’enregistrement à la DDJS.

Réalisation et entretien des installations


La réalisation des installations destinées à exercer cette activité de loisir doit impérativement satisfaire à un certain nombre de dispositions législatives et de directives fédérales.
Dans ces conditions, la construction du stand - aussi bien que son financement et son entretien - suppose que l’ensemble du projet fasse l’objet, dès sa conception, de consultations auprès de l’Administration (Ministères, Département, Commune...) et de la Fédération.
Il sera d’autant plus aisé d’obtenir les agréments et autorisations indispensables, que le projet aura été élaboré avec sérieux et cautionné par des professionnels de la construction, du sport... et du Droit.

Sans entrer dans les détails, il ne faut jamais négliger que, pour sa construction comme pour son exploitation ultérieure, une Association de Tir Sportif doit :

La Fédération Française de Tir publie un fascicule qui permet de se poser toutes les bonnes questions avant de se lancer dans ce projet.
On y trouve également la liste des administrations à consulter, ainsi que l’ensemble des démarches à effectuer.